Dans la discussion sur #DSP2 et l’obligation d’être chez Google ou Apple pour son téléphone, je lis ceci sur la page moneyvox.fr/carte-bancaire/act

« Autre alternative : les banques peuvent continuer à envoyer à leurs clients un code à usage unique par SMS ou par serveur vocal. Ce dernier, toutefois, devra être associé à un code personnel statique fourni par la banque, qui peut être par exemple le code d’accès à son espace bancaire en ligne.
En savoir plus : moneyvox.fr/carte-bancaire/act »

Follow

@brab Est-ce de toute façon légale d'obliger les client·e·s à avoir un dispositif tiers non-fourni (téléphone avec abonnement réseau, lecteur Digipass, ou autre) pour profiter d'un des services (non-accessible par un autre moyen) prévus par un contrat (alors qu'il pourrait être un service complémentaire optionnel) ? et ce d'autant plus pour des vieux clients dont le contrat ne peut être changé qu'avec approbation ? Ne serait-ce pas obstruction à la bonne fourniture du service payé ?

@nspanti

alors pour ce qui concerne l'approbation j'ai des doutes, exemple à #labanquepostale qd ils ont cessé l'envoi des relevés bancaires mensuels c'était opt-out, il fallait écrire une lettre dans un certain délai pour continuer à les recevoir, par défaut tout se passerai désormais par internet, j'ai tenté le coup de fil à mon conseiller, sans résultat --> plus de relevés papier envoyés

@Serpico Tu indiques là ce que La Poste t'a fait (j'y suis aussi et, de mémoire peut-être mauvaise, j'ai toujours mes relevés en papier sans avoir eu besoin d'en faire la demande), or mon propos était sur la légalité, que La Poste & compagnie peuvent très bien violer en toute impunité, d'autant plus si personne ne les attaque en justice (si tant est qu'ait été trouvé au moins un élément concret de l'illégalité, qui à mon stade n'est qu'une supposition).

@nspanti
merci de ta réponse, c'est intéressant de savoir que ça n'a pas été appliqué uniformément, je suis un peu d'accord avec toi pour ce qui concerne les possibles recours légaux tout en regrettant ce que je perçois comme une sorte de judiciarisation, l'entreprise ( ici cela relève même du législateur puisque cela semble être une contrainte de la #DSP2 ) impose qqchose de nouveau à ses clients en factorisant, j'imagine, le fait - 1/2

qu'une fraction ne manifestera pas son désaccord ( opt-out et pas opt-in comme précédemment ), puis une autre fraction tentera un règlement en justice, avec probablement un ou plusieurs recours...en jouant l'usure, ça me fait penser au cas de #bloctel récemment et ça me semble aux antipodes de la simplication ou de la《 lutte 》contre le #non-recours dont on entend régulièrement parlé... @nspanti - 2/2

Sign in to participate in the conversation
Logilab's Mastodon

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!